• Extrait de mon livre "Les Sentiers du Hasard"

    LES SENTIERS DU HASARD

    Mon livre "Les Sentiers du Hasard"

     

    Extraits de : L'orage

    ... Elle est réveillée par un silence inhabituel. Tout est calme, trop calme. Rien ne bouge, les marmottes ont regagné leur habitat, les bouquetins ont disparu et les oiseaux se sont tus...

    ... Elle regarde avec méfiance ces nuages noirs qui filent dans le ciel et s'effilochent sous la pousséeNouvelle l'Orage d'un vent de plus en plus violent qui hurle et tourmente les arbres... 

    ... Un méchant rictus tord la bouche de la femme. Dans son visage livide ses yeux étincellent d'un éclat meurtrier. Elle semble dévorée de l'intérieur par une haine féroce. Élise ne peut pas détacher son regard de ce visage, de ce corps maigre...

    ... Le feu dans la cheminée s'enfle d'un seul coup et laisse échapper des braises rougeoyantes qui se mettent à valser dans la pièce, enflammant tout sur leur passage. Les flammes de l'enfer, pense Élise en se protégeant le visage et en reculant le long du mur pour tenter d'atteindre la porte, je n'ai pas mérité ça !...

    ... Mais alors, se dit-elle avec horreur, cette créature devant moi c'est... c'est... le Diable ? Ou pire encore...

    Extraits de : Au bord du Loch

    ... Un gardien en kilt m'accueille avec enthousiasme. Porte-t-il quelque chose dessous ? J'ai toujours été intriguée par cette question... mais elle n'est pas à l'ordre du jour !...Chateau en écosse

    ... Pour moi aussi, il est temps de rentrer. C'est l'instant fragile où le jour s'efface dans la lumière fantastique du crépuscule. Le soleil éclabousse de rouge et d'orange les lambeaux de nuages et descend lentement dans le loch où la lumière finissante fait danser les ombres et libère l'imaginaire...

    ... La lande est devenue inhospitalière. Je frémis de froid et d’angoisse. Le vent explose en courtes rafales et mord mes bras nus. Sur cette terre où les légendes sont plus vraies que la vie, j’ai peur de rencontrer quelque Macbeth ou autre personnage maléfique. Soudain, une ombre se dresse devant moi...

    ... Je n'en pouvais plus de douleur et de rage. Une énorme vague de désespoir me submergea et je me mis àLes Sentiers du Hasard - Au bord du Loch - Extraits pleurer et à hurler de colère...

    ... Je ferme les yeux et les images de mon amour perdu m'obsèdent. Je revois son beau visage, son sourire, sa détresse devant la mort. Ses yeux me suivront partout et je ne l'oublierai pas...

    ... Le vent secoue avec violence les massifs de rhododendrons qui bordent l'allée. Un orage se prépare et de fulgurants éclairs zèbrent l'horizon. Tant mieux, je rêve d'apocalypse. Je voudrais que la terre m'engloutisse à jamais...

    Extraits de : Le Train

    ... Chaque mercredi et vendredi, un Énarque de la plus belle espèce nous dispensait en amphithéâtre des cours de droit administratif. Avec une collègue Bretonne, nous estimions en savoir assez sur ces sujets et nous nous dispensions joyeusement d'y assister...

    Les Sentiers du Hasard - Le Train - Extraits... Chaque vendredi, je prenais l'Arverne à la Gare de Lyon...

    ... Pourtant ce jour-là, j'avais du mal à me concentrer sur ma lecture. Après quelques dizaines de kilomètres, j'ai refermé mon livre, en proie à une sensation bizarre, inexpliquée...

    ...  Balle, jet de pierre, attentat ? Chacun y allait de ses commentaires et la crainte se lisait sur les visages...

    ... En rejoignant mon mari au bout du quai, je pensais avec amusement que personne ne pourrait croire une histoire aussi insensée  et pourtant ...

    Extraits de : Expédition en Egypte

    ... Il est fasciné par ce pays. Il adore ces moments crépusculaires où la lumière finissante fait danser les ombres et libère l'imaginaire...

    ...  Parfois, la nuLes Sentiers du Hasard - Expédition en Egypte - Extraitsit, lorsque le campement est silencieux, il entend le brouhaha sur la place du village. Il imagine le Pharaon et sa Cour, les grandes épouses et les favorites, tous richement parés, les concubines et leurs enfants dans le harem...

    ... Les oiseaux nocturnes distillaient leur touche d’angoisse dans la nuit épaisse. Chacun se souvenait avec inquiétude que ces rapaces étaient, chez les égyptiens, le symbole du lien entre les mondes terrestres et célestes pour le voyage de l’âme des morts. C’était l’heure où les voix se taisaient, où les djinns et les démons invisibles refaisaient surface et croisaient les esprits maléfiques...

    ... L'angoisse terrible qui les tenaillait et la fraicheur du lieu les glaçaient de terreur. La sueur collait leurs vêtements, ils avançaient sans un mot dans le noir, trébuchant sur les pavés disjoints, toutTombeau Egypte juste éclairés par la torche de Pierre...

    ...Il leur semblait entendre les gémissements des morts enfermés dans ces lieux depuis des millénaires...

    ... Tarek regardait à la dérobée les fresques qui défilaient sur les parois et semblaient l’enserrer, prêtes à le saisir et à le broyer. Toute sa vie, il avait refusé énergiquement de s’approc her de ces tombeaux qu’il jugeait maléfiques. L'air lui manquait, il était en proie à une terreur indicible, viscérale qui lui faisait même oublier ses incantations. Pour un peu, il n'aurait pas été surpris de se trouver nez à nez avec une momie échappée de sa sépulture ! ...

    Extraits de : Le Panier

    ... Nous étions à l'automne de notre vie et le bonheur était notre quotidien. Cinq minutes, il n'a fallu que cinq minutes pour que la mort le terrasse en ce chaud dimanche de juin...

    ...  Depuis sa mort, je n'avais pas cessé de parler à mon mari. Je lui racLes Sentiers du Hasard - le Panier - Extraitsontais ma journée, je lui demandais son avis et je finissais toujours par lui reprocher de m'avoir laissée seule sur le chemin.

    ...  Je devais avoir des hallucinations ! Pourtant non, j'étais sûre de remettre le panier à sa place lorsqu'il glissait. Je ne savais plus que penser. Les idées les plus saugrenues me traversaient la tête ...

    ... Au cours d'une soirée, un ami de longue date me déclara son amour. Il m'attirait vraiment, mais voilà que revenaient les doutes, les remords et tous les interdits dont je me faisais une barrière...

    Extraits de : Soir d'été

    Chevalement de mine... J’aime écouter les anciens parler de leur travail de mineur, de leurs difficultés, de l’âpreté de l’existence, mais aussi de leur joie de vivre, de l’amitié, du bonheur d’être ensemble et de faire la fête à toute occasion et même sans occasion...

    ... Est-ce le whisky ou la douceur de de ce jour d'été, mais je me sens délicieusement engourdie...

    ...  C'est à ce moment que je l'aperçois. Il est assis à la table voisine, il est seul et il se marre ! Évidemment, il se moque de moi ! Je me sens rougir comme un gamine. Du coup je sens la colère qui monte...

    ... Je le regarde, sa silhouette se détache dans le clair obscur. C'est beau un homme ! Il ne dit plus rien. Je devine qu'il n'a pas envie de partir, moi non plus...

    ... Le couvert est joliment dressé sur la terrasse au bord de l'eau. Des bougies allumées flottent dansDiner en amoreux des coupes colorées. Une musique de piano-bar égrène des notes de jazz, la lumière des bougies tremblote et dessine des arabesques sur son visage...

    ... Il flotte dans l'air un délicieux parfum de chèvrefeuille. L'étang est devenu tout noir et la forêt n'est plus qu'une masse sombre. La nuit est tombée et le ciel est constellé d'étoiles. Lorsque j'étais enfant, on me disait que les gens aimés que nous avions perdus, étaient devenus des étoiles. Avec mes frères et sœurs nous cherchions désespérément dans le ciel pour retrouver notre mère...

     Extraits de : Secret Défense

    ... Les trois flics jugèrent que le moment était venu de se consacrer au bœuf bourguignon que Marcel servait avec précaution en assurant qu'on ne peut pas réfléchir avec un estomac vide !...

    ...  Emportez-le à l'Institut Médico Légal pour l'autopsie. Cette affaire semble limpide, il était dans les bras de Morphée lorsque la Camarde est venue tranquillement le cueillir... Les Sentiers du Hasard - Secret Défense - Extraits

    ... A la Brigade, l'humeur était maussade et Dimitri commençait à s'énerver : "Putain, on tourne en rond, il doit bien y avoir quelque chose qui nous échappe"...

    ... Il existe un poison qui disparaît rapidement dans l'organisme en ne laissant aucune trace, 3 à 4 millions de fois plus toxique que le cyanure, assura le Médecin Légiste...

    ... Elle regarda avec indifférence la photo du type mort, oui, elle l'avait vu à l'hôpital. Forcément, elle avait bien constaté que ce n'était pas son mari...

    ... Dimitri aurait bien écrabouillé ce crétin, imbu de sa supériorité, mais Paul le retint en lui précisant qu'au royaume des cons, celui-là devait bien tenir le haut du pavé !...

     Extraits de : À l'ombre des Moaï

    ... Elle frissonna en croisant l'alignement des Moaï, colossales statues à visage humain. Elles se découpaient dans l'obscurité du ciel étoilé et la lumière de la lune faisait danser leurs ombres en décrivant d'étranges arabesques...

    ... L'hôtel Altiplanico de Hanga Roa brillait de tous ses feux et les touristes dînaient joyeusement sur la terrasse surplombant l'océan. Elle ne vit pas son mari et s'en inquiéta auprès du garçon de la réception...

    ... Les MoLes Sentiers du Hasard - A l'ombre des Moaï - Extraitsaï étaient érigés le dos à la mer, tournés vers l'intérieur de l'île pour veiller sur les humains. Leurs yeux de corail blanc aux pupilles incrustées d'obsidienne étaient levés vers le ciel et devaient transmettre leur énergie aux vivants...

    ... Les propos du vieillard, la magie des lieux et le mystère envoûtant de ces colosses à visage humain, figés dans une attente éternelle, réveillaient chez Jeanne des peurs enfouies au plus profond de son être... 

    ... Le soleil descendait lentement dans l'océan, éclaboussant le ciel de rouge, d'orange et de rose. La statue de l'unique Moaï de l'Ahu Tahai se découpait à l'horizon, inquiétante et mystérieuse...

    ... Le cœur battant la chamade, les deux femmes lui emboîtèrent le pas sans mot dire. Trois chevaux sellés les attendaient près du bosquet d'eucalyptus...

    ... Des musiciens avec guitare et ukulélé distillaient une musique polynésienne, langoureuse à souhait et de belles Vahinés, des couronnes de fleurs dans les cheveux, invitaient leCentre du monde ile de Pâquess messieurs à danser...

    ...  Jeanne poussa un cri en se trouvant nez à nez avec un Moaï. Ses yeux d'obsidienne les fixaient et semblaient les suivre dans l'obscurité. Elles réprimèrent un mouvement de recul et continuèrent leur progression...

    ... A leurs pieds, l'océan impétueux projetait avec furie d'énormes vagues qui se fracassaient sur les rochers dans un bruit assourdissant. Des bouillons d'écume s'accrochaient à la falaise ...

     Vous pouvez l'acheter en version numérique au prix de 7 en cliquant ci-dessous :

                                                                         Banque PayPal sécurisée 

    Pour faire des économies sur les prix des livres et en même temps vous faire plaisir, je vous propose divers packs.

     

    AU-DELÀ DES LIGNES + LES SENTIERS DU HASARD pour 10 ( au lieu de 14 €)

    AU-DELÀ DES LIGNES + L'ART DE MINCIR pour 18 (au lieu de 21 €)

    LES SENTIERS DU HASARD + L'ART DE MINCIR pour 18 ( au lieu de 21 €)

    LES 3 LIVRES pour 22 ( au lieu de 28 €)

     

    NB : Vous n'êtes pas obligé d'ouvrir un compte Paypal si vous n'en avez pas, votre carte bancaire suffit. Il s'agit d'un paiement 100% sécurisé, pour lequel je n'aurais pas à connaître vos numéros de carte.

        Pour joindre l'auteure par courriel : Gisèle

    Les Sentiers du Hasard est noté 5/5 par les lecteurs du site MonBestSeller.

    Si vous trouvez que ces livres sont trop chers ou bien si vous ne pouvez pas les acheter, je me ferais un grand plaisir de les partager avec vous. Choisissez le livre qui vous ferait plaisir et je vous l'offre gratuitement en version PDF. Pour cela il vous suffit de m'envoyer un mail en cliquant sur Gisèle et je vous l'enverrai en téléchargement dans votre boîte mail.

     

    Extrait de mon livre "Les Sentiers du Hasard"

     

      Copyright © 2016 - Gisèle Kaczmarek - Tous droits réservés

     Les Livres de Gisèle Kaczmarek est déclaré à la CNIL sous le numéro 1930320 v 0

     

     

     

     

    « Invitation à lire "Les Sentiers du Hasard" Comment "Lire avec vos oreilles" ? »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :